Les éditeurs et comités éditoriaux

Les maisons d’édition sont des acteurs importants de l’Open Access. Lorsque les revues ou les collections de monographies sont indépendantes et n’appartiennent pas à l’éditeur, le rôle du comité éditorial est essentiel.

Plusieurs solutions s’offrent à un éditeur ou à une revue qui souhaite s’engager dans une transition vers la diffusion en accès libre. Les modèles économiques actuellement en oeuvre pour garantir des rentrées financières permettant de couvrir les coûts d’édition sont variés et de nouvelles expérimentations sont en cours.

Si le choix d’un Open Access dit hybride est à proscrire pour son manque de lisibilité et par le risque de double paiement qu’il fait courir, les principales options à disposition sont les suivantes :

  • modèle de subvention publique : majoritaire au niveau mondial, on observe ce modèle à l’échelle d’un pays (Redalyc) voire d’un continent (Scielo) mais aussi pour de nombre de revues indépendantes (Revue Historique des Armées par exemple).
  • modèle avec paiement de frais de publications (APC, pour article processing charges) dont le montant est très variable d’un éditeur à l’autre. Ex PLoS.
  • modèle freemium : dans ce modèle les contenus sont en accès libre, mais l’accès à des services supplémentaires (formats PDF/epub en particulier) implique un abonnement institutionnel. Ex : Open Edition.
  • modèle de la souscription : dans ce modèle, la diffusion en accès libre des ouvrages et revues s’opère lorsque le seuil financier visé est atteint grâce aux contributions financières des établissements souscripteurs. Ex. Knowledge Unlatched (monographies), Open Library of Humanities (revues).