Les universités et organismes de recherche

Bookmark and Share

Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche sont, après les chercheurs, le second acteur clé du développement de l’Open Access.

Ils ont la possibilité de prendre toute une série de mesures allant dans le sens d’une diffusion ouverte des savoirs scientifiques, certaines exprimant un engagement de principe (signature de la déclaration de Berlin), d’autres ayant un effet d’amplification avéré (obligation de dépôt). Quelques exemples d’actions :

  • Décider à l’échelle institutionnelle d’une obligation de dépôt des publications et des thèses dans une archive ouverte. Pour ce faire, le mécanisme le plus efficace est de faire de l’archive ouverte de l’institution la bibliographie officielle de l’établissement, des unités de recherche et des chercheurs. Ainsi, seules les publications présentes dans l’archive ouvertes sont prises en compte dans l’évaluation individuelle et collective (ex. INRIA, université de Liège, université de Minho).
  • Définir une politique pour la prise en charge des APC par l’établissement (par ex. refus des modèles hybrides, montant d’APC maximal…) et y adosser une réserve financière centralisée pour faciliter l’identification des sommes dépensées.
  • Soutenir les initiatives d’édition en Open Access proposant des modèles ouverts et durables (modèles de souscription institutionnelle, freemium…).
  • Œuvrer à la transformation du modèle économique des presses universitaires de l’établissement pour les engager dans la voie d’une diffusion ouverte (ex. Collège de France, université de Göttingen)
  • Signer la déclaration de Berlin qui manifeste l’engagement des établissements de recherche en faveur d’un accès libre et ouvert aux publications scientifiques.
  • Soutenir les initiatives et les infrastructures de promotion de Open Access (adhésion au DOAJ, à Sparc Europe, à EIFL…)
Bookmark and Share